Paiement en ligne RDV en ligne
Le secret médical prime sur le bon usage des deniers publics

Le secret médical prime sur le bon usage des deniers publics

Publié le : 21/06/2021 21 juin juin 06 2021

Par sa décision n°2021-917 QPC, le Conseil constitutionnel a tranché ; entre le droit au respect de la vie privée et le bon usage des deniers publics, le premier doit primer sur le second.

Le Conseil constitutionnel a été très récemment saisi par un syndicat concernant le paragraphe VIII de l’article 12 bis de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983 portant droit et obligations des fonctionnaires, dans sa rédaction résultant de l’ordonnance n°2020-1447 du 25 novembre 2020 portant diverses mesures en matière de santé et de famille dans la fonction publique.

Cette disposition prévoit :

« Nonobstant toutes dispositions contraires, peuvent être communiquées, sur leur demander, aux services administratifs placés auprès de l’autorité à laquelle appartient le pouvoir de décision et donc les agents sont tenus au secret professionnel, les seuls renseignements médicaux ou pièces médicales dont la production est indispensable pour l’examen des droits définis par le présent article ».

Quand l’incapacité de travail d’un fonctionnaire est consécutive à un accident ou une maladie imputable au service, il a droit à un congé pour invalidité temporaire imputable au service. Pendant ce congé, il conserve l’intégralité de son traitement jusqu’à ce qu’il puisse reprendre son service ou soit mis à la retraite, et bénéficie du remboursement des divers frais médicaux entraînés par l’accident ou la maladie.

Or, les dispositions contestées autorisaient des services administratifs à se faire communiquer par des tiers des données médicales des agents qui sollicitaient l’octroi ou le renouvellement d’un tel congé.

Le but poursuivi est alors de s’assurer que l’agent public remplit bel et bien les conditions exigées par la loi, et plus particulièrement, qu’aucun élément d’origine médicale ne fait obstacle à la reconnaissance de l’imputabilité au service de l’accident ou de la maladie.

Cette communication peut se faire, « nonobstant toutes dispositions contraires », et donc sans que le secret médical puisse être opposé.

Le fait de doter l’administration de moyens pour s’assurer que l’ouverture de ce droit à congé est conforme aux conditions légales poursuit l’objectif de valeur constitutionnelle de bon usage des deniers publics.

Toutefois, le Conseil constitutionnel estime que cela constitue une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée des agents, qui constitue le fondement du droit au secret médical.

Pour cela, deux éléments sont relevés :
  • le fait que les données peuvent être communiquées à un grand nombre d’agents, qui n’ont aucune habilitation spécifique et sans contrôle particulier,
  • le fait que les renseignements peuvent être obtenus auprès de toute personne ou organismes.

Par conséquent, les moyens fournis à l’administration pour contrôler ses agents portent une atteinte trop importante à leur droit au respect de la vie privée. Les dispositions litigieuses sont alors nécessairement inconstitutionnelles.

 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.