Paiement en ligne RDV en ligne
Les nouvelles dispositions applicables au CITIS portent-elles atteinte au droit au respect de la vie privée des agents ?

Les nouvelles dispositions applicables au CITIS portent-elles atteinte au droit au respect de la vie privée des agents ?

Publié le : 14/04/2021 14 avril avr. 04 2021

La récente ordonnance n°2020-1447 du 25 novembre 2020 portant diverses mesures en matière de santé et de famille dans la fonction publique est venue modifier les dispositions applicables aux congés pour invalidité temporaire imputable au service en élargissant les documents communicables à l’administration dans le cadre de l’examen des droits des agents.

Ainsi, le I de l’article 21 bis de la loi du 13 juillet 1983 dispose que « Le fonctionnaire en activité a droit à un congé pour invalidité temporaire imputable au service lorsque son incapacité temporaire de travail est consécutive à un accident reconnu imputable au service, à un accident de trajet ou à une maladie contractée en service ».

L’article 7 de l’ordonnance du 25 novembre 2020 est venu introduire dans l’article précité un article VIII qui dispose quant à lui : « Nonobstant toutes dispositions contraires, peuvent être communiqués, sur leur demande, aux services administratifs placés auprès de l’autorité à laquelle appartient le pouvoir de décision et donc les agents sont tenus au secret professionnel, les seuls renseignements médicaux ou pièces médicales dont la production est indispensable pour l’examen des droits définis par le présent article ».

Dans ce dossier, l’UNSA Fonction publique alertait quant à la méconnaissance par ces nouvelles dispositions du droit au respect du secret médical et a donc posé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

Par décision du 6 avril 2021, le Conseil d’Etat a accepté de transmettre la question de la conformité de ce nouveau texte à la Constitution au Conseil constitutionnel.

Ceci est l’occasion de faire un bref rappel de la notion de QPC.

La possibilité de formuler une QPC est offerte par la Constitution en son article 61-1 qui dispose « Lorsque, à l'occasion d'une instance en cours devant une juridiction, il est soutenu qu'une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit, le Conseil constitutionnel peut être saisi de cette question sur renvoi du Conseil d'État ou de la Cour de cassation qui se prononce dans un délai déterminé./ Une loi organique détermine les conditions d'application du présent article. »

La QPC peut donc être soulevée au cours de toute instance devant une juridiction de l’ordre judiciaire ou de l’ordre administratif, quelle que soit la nature du litige, en première instance, en appel ou en cassation.

Le justiciable ne peut, pour autant, pas saisir directement le Conseil constitutionnel de sa question mais doit la poser au cours d’un procès, dans un écrit distinct et motivé.

La loi prévoit alors un double filtre.
 
  • Premier filtre : devant les juges du fond

Les juges du fond vérifient si la question est recevable et si les critères fixés par la loi organiques sont remplis.

Si tel est le cas, la juridiction saisie transmet la question au Conseil d’Etat ou à la Cour de cassation qui va procéder à un examen plus approfondi et doit statuer dans un délai de trois mois.
 
  • Deuxième filtre : devant les juges de la Cour de cassation ou du Conseil d’Etat

Ces juridictions décident de saisir le Conseil constitutionnel si la question réunit trois critères :
  • La disposition législative critiquée est applicable au litige ou à la procédure ou constitue le fondement des poursuites ;
  • La disposition législative critiquée n’a pas déjà été déclarée conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel ;
  • La question est nouvelle ou présente un caractère sérieux.

Si la juridiction suprême refuse de transmettre la question, la décision ne peut faire l’objet d’aucun recours alors que si la juridiction du fond oppose un tel refus, la décision peut être contestée lors d’un appel ou d’un pourvoi en cassation.
Finalement, le Conseil constitutionnel dispose d’un délai de trois mois pour répondre à la question qui lui est soumise.
Il conviendra dès lors de surveiller le sort que réservera le Conseil constitutionnel aux dispositions de l’ordonnance de 2020, l’occasion d’observer si les Sages considèrent qu’il existe ici une atteinte au droit au respect de la vie privée des agents. 
 

Historique

<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.